BEJO66RO


18.09.2014

Guy Ségura: Hommage à mon père.

002.JPG003.JPG

 

" Mon père ce héros au visage si doux...." Cette phrase tirée d' un poème de Victor Hugo pourrait être celle aussi de Guy  Ségura lorsqu'il parle de son père "qui fit le débarquement en Corse en 1943, à Anzio en janvier 1944, ou encore lorsqu'il monta à l' assaut pour la prise de Monté Casino le 17 mai 1944 ". Une date importante est ancrée dans sa mémoire, le 18 septembre. Elle lui rappelle en 1945, le jour de son anniversaire, la libération de son père des bras de l' armée dans la belle ville d' Oran (Algérie). Il n' avait alors que 4 ans. Il y a 69 ans déjà. 

 

Né à Ain Temouchen (Algérie), Marcel Ségura est appelé sous les drapeaux en 1936 pour faire le service militaire qui durait alors 3 longues années. Peu de temps avant la fin de son temps sous les drapeaux, le 03 septembre 1939 à 17 h, l' Europe se retrouve plongée dans un conflit généralisé. Pour Marcel  Ségura s' ajoute aux 3 années de service six années de guerre qui l' amèneront sur de nombreux fronts.  Incorporé dans l' armée française d' Afrique avec les zouaves, les goumiers, les tirailleur, les Tabors marocains, les spahis, il rejoint le corps expéditionnaire français commandé par le général Juin.  C'est alors les combats en Syrie, au Liban, en Tunisie.. les débarquements de Sicile, de Sardaigne, de Corse et d' Italie. Puis enfin le débarquement en Provence l' été 1944 sous les ordres du général De Lattre et de Tassigny.  Au total nous explique son fils "  ce seront 27 débarquements".

 

  Guy  Ségura nous apporte une anecdote racontée par son père : " En Corse, la population jetaient des châtaignes à la troupe qui défilait".  Depuis cette date dit-il ", mon père adorait ce fruit ". Et il poursuit : Mon père n' aimait pas trop parler de la guerre.  Du haut de mes 4 ans, je garde de lui une image le jour de sa libération. C'était le 18 septembre 1945, très exactement le jour de mon anniversaire. Il nous est apparu dans la ville d' Oran en tenue américaine.. Il me tenait au bout de ses bras après 9 longues années passées sous le drapeau français, dont 6 années pour rendre à la France sa liberté".

 

L' après guerre, ce fut la vie au soleil et en famille sur ce bord de Méditerrané; un petit garage ouvert dans la ville d' Oran; le rapatriement en France dans les années 1960.  Mais toujours non loin de la Méditerranée.... Novembre 1968 sonnera la fin tragique de Marcel Ségura, emporté par une vague lors d'une partie de pêche à pied depuis les rochers de Banyuls sur mer. Le  père de Guy disparaissait, mais pas les souvenirs que son fil porte en lui.

 

    Guy Ségura souhaite ce 18 septembre rendre hommage à son père. Peut être écrira-t'il un livre. Un livre où, n' en doutons pas,  il sera écrit en lettres d' or " l' amour profond d' un fils pour son père ".

 

 

 

Les commentaires sont fermés.