BEJO66RO


23.11.2012

AFPA : "On demande a être recapitalisé dans le cadre de la mission de titre associatif"

Répondant au mouvement de grève national de 24 heures, hier les salariés de l'Association Nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes de Rivesaltes soutenus dans leur action par des stagiaires du centre de formation barraient l'entrée principale de l'AFPA. Un mouvement d' humeur pour faire entendre leurs revendications, parler de leur crainte pour leur avenir professionnel, mais aussi leur inquiétude sur le futur des stagiaires.

o L' AFPA fragilisée.

La crainte sur le terrain, Frédéric Glory-Sarda délégué syndical CGT l' a exprimée dans cette phrase : " Nous avons un déficit de 75 millions d' euros au niveau national. Si l' Etat ne met pas la main à la poche, l' AFPA peut mettre la clef sous la porte...II... Avant la décentralisation , l' AFPA était sous tutelle du ministère du travail. Aujourd'hui elle est soumise à la directive européenne, donc à la concurrence avec tous les organisme de formation (public ou privé) " . De ce fait  au niveau national le budget formation est partagé;  l' AFPA  "est  fragilisée".

Sur les conséquences directes d' un budget "amputé", le directeur territorial Aude/PO Frédéric Gouill nous explique : "La vocation de l'AFPA c'est de former des demandeurs d'emplois, mais aussi d'accompagner les salariés. Les salariés vont devoir se reconvertir parce qu'ils vont perdre leur emploi. Des salariés devront développer leur compétence pour garder leur emploi, ou évoluer. Il y a un réel problème économique. Ce qu'il nous faut, c'est avoir des fonds propre comme toute entreprise qui est soumise à la concurrence. Le gouvernement a pris des engagements ".

o La peur du lendemain.

Pour les 53 CDI , la dizaine de CDD, et les stagiaires du centre de formation de Rivesaltes,  la crainte de perdre l' emploi ou ne pas terminer le stage s'est clairement exprimée.

o Pour Tony Martinez, formateur en maîtrise de chantier : " On craint pour l' AFPA. On craint pour nos emplois. On sent le mal être. Jusqu'à maintenant on nous a dit que les choses allaient s'arranger, mais on voit à travers les syndicats que les choses ne vont pas dans le sens qu'on nous dit".

o Sophie, stagiaire en secrétariat : " Je pense qu'il est important de comprendre que ce n'est pas que pour les employés de l' AFPA qu'il y a danger, mais aussi pour toutes les personnes qui veulent se reconvertir. Nous avons la crainte de ne pas pouvoir terminer la formation."

o 3 stagiaires en maçonnerie : " On a peur de ne pas pouvoir terminer notre formation. Si l'AFPA ferme, c'est notre avenir qui est en jeu. Pas de formation, pas d'emploi."

Pour l' heure, il manque toujours au niveau national 75 millions d' euros pour que l' AFPA puisse pérenniser son activité et ne plus supprimer des emplois. C' est à suivre !.  

ooo

Quelques chiffres.

Le nombre de salariés de l'AFPA est de 9300 dans l' hexagone. Avant la décentralisation ils étaient environ 350 CDI en L.R. Ils ne sont plus que 250 aujourd'hui. Moins 100 en 3 ans.

002.JPGSur le centre de Rivesaltes on compte 53 CDI et quelque 10 CDD pour former environ 350 stagiaires qu'ils soient demandeurs d' emploi  ou des salariés en reconversion. L' hébergement est gratuit pour les demandeurs d' emploi. La restauration est payante. En ce qui concerne les demandeurs d'emploi il y a une participation du conseil régional.

10:09 Publié dans Grèves | Lien permanent | Commentaires (0)

20.11.2012

" Nous voulons que l'AFPA continue à vivre "

Jeudi 22 novembre, comme leurs camarades des 22 régions de l'Hexagone, les salariés de l'Association Nationale Pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA) de Rivesaltes seront en grève. Un mouvement pour interpeller le gouvernement et les politiques sur le danger de voir les AFPA mettre " la clef sous la porte".

Concernant les " dangers de fermeture ", Didier Caubert au nom de l'intersyndicale nous a déclaré : " Au niveau national, il manque dans le budget 75 millions d'euros pour boucler l'année. Si au 08 janvier 2013 nous n' avons pas trouvé cette somme, on est dehors. On ferme ". Cette situation mettrait en danger à la fois l'emploi, et balaierait plus de 60 ans de travail dans l'activité de formation, d'accompagnement, et de qualification menant au titre professionnel.

Le porte-parole des syndicats donne la raison qui conduit à cette situation : " Avant la décentralisation il y a 3 ans, le budget pour les AFPA qui venait de l'Etat l'était pour un service public. Depuis la décentralisation, ce n'est plus le cas. L'Etat verse le budget aux Régions, et celles-ci ne sont pas obligées de verser uniquement aux AFPA, mais à la formation professionnelle en général (privé, public). Le budget ainsi divisé entraine pour nous une diminution de la masse salariale avec comme conséquence moins de formateurs de personnel d'appui, donc moins de formations". Toujours selon notre interlocuteur, les AFPA seraient contraintes de plus en plus, à cause de l' affaiblissement du budget,  à prendre en CDD pour répondre à des appels d'offre ponctuels.

La demande sur 7 points qui est adressé au gouvernement, mais aussi au conseil régional, conseil général, et tous les politiques du département, c'est  pour que soit " conservé et développé un organisme national et fiable qui répond aux besoins du pays". Jeudi prochain, les salariés seront devant la porte de l' AFPA de Rivesaltes pour expliquer et faire savoir. 

OOOO

Il esiste 6 AFPA dans la région Languedoc Roussillon.

011.JPG

Pour Rivesaltes, l' AFPA compte 55 salariés dont 30 formateurs.

Sa capacité d'accueil est pour 400 stagiaires avec hébergement et service de restauration ( gratuit pour les demandeurs d' emploi)..

 

14:49 Publié dans Grèves | Lien permanent | Commentaires (0)