BEJO66RO


19.02.2015

1914-1918 La DER des DER à la Médiathèque

Pour le centenaire de la guerre 1914-1918 dont le bilan des militaires tués pour la France s' élève, il faut le rappeler, à 1 457 000 morts ( 175 d' entre eux ont leur nom gravé sur le monument aux morts de Rivesaltes ) , l' association " Généalogie et Histoire de Rivesaltes a proposé dernièrement sur le sujet une conférence conduite par l' écrivain et journaliste Jean Dauriach.

 Aujourd'hui et jusqu'au début du mois de mars,  l' association présente toujours sur la période 1914-1918 à la Médiathèque ( place du général De Gaulle ) une  exposition sur la "grande guerre" vue depuis Rivesaltes.  Sur les grilles, des reproductions de photos, d' affiches, des cartes, des articles de presse; dans les vitrines des objets ramenés du front et prêtés par les familles...

 

Quelque 400 reproductions dont de très nombreuses photographies permettent au visiteur de découvrir des visages de "poilus" rivesaltais ( mais aussi de soldats du département) qui ont participé aux batailles de la Marne, de l' Aisne, des Dardanelles, de l' Artois, d' Afrique, de Verdun, et d'ailleurs.  Ce qui est exposé à la médiathèque est un fabuleux travail de recherche réalisé par l' association . Une riche et remarquable exposition à découvrir !.

 

 

 

09:49 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

05.02.2015

Conférence et exposition sur la guerre de 14/18

020.JPG011.JPG1914.jpgL’Association Généalogie et Histoire de Rivesaltes propose ce vendredi 6 février à 18 h, à la salle Jo Cazach, place général de Gaulle, une conférence de Jean Dauriach, journaliste et écrivain, sur la guerre de 1914/1918.

Le conférencier est vice -président du Centre départemental de la Mémoire, et auteur d’un livre d’un épisode de la Retirada , « Dans le fracas des camions », qui a obtenu le prix Méditerranée-Roussillon.  Ce vendredi, donc, il évoquera la guerre de 14/18, de la mobilisation, en Roussillon, à la bataille de la Marne. L’élan patriotique, les nombreuses pertes, les blessés…

 

A partir de lundi 9 février, ouvrira à la médiathèque, place Général de Gaulle, l’exposition réalisée par l’Association Généalogie et histoire, sur la Grande Guerre, vue depuis Rivesaltes, avec la présentation de tous les rivesaltais morts au front , photos, cartes, affiches, souscriptions nationales, hôpital, objets ramenés du front et prêtés par des familles, souvenirs divers… L’exposition sera ouverte jusqu’au début du mois de mars.

 

17.01.2015

Tous unis pour nos libertés

003_crop.jpg009.JPG010.JPGLe rassemblement pour la défense de la République et de nos libertés, dont celles d'expression et de culte, mais aussi pour rendre un profond hommage à ceux qui sont tombés à Charlie Hebdo , aux forces de police, et aux anonymes du super marché Casher à Paris , victimes d' actes barbares, a eu lieu hier devant l' hôtel de ville.  Plusieurs centaines de personnes de la cité et de villages voisins ont répondu à l' appel et se sont rassemblé dans un profond recueillement. Affichettes " je suis Charlie " et les crayons à la main étaient  les symboles d' une France unie et qui, face à l' adversité reste debout. 

  

 

09:58 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

16.11.2014

Restauration du clocher-Tour.

005.JPG012.JPG011.JPG
010.JPG007.JPG013.JPG

 

1709-2014...Un peu plus de 3 siècles que le clocher de Rivesaltes du haut de ses 32 mètres 60 veille sur la ville et ses habitants. De grands travaux sont en cours pour lui donner une seconde jeunesse.

 

Retour sur l' histoire. L' église Sainte Marie (*), on la connait aujourd'hui sous le vocale de Saint André .  Georges Vergès, prêtre, a écrit dans son livre "Rivesaltes en Roussillon" : " Commencés en 1629, les travaux d' agrandissement de l' église Sainte Marie furent brusquement interrompus la même année. Cet arrêt dans l' action durera 28 ans. C'est à partir de 1657 qu'il fut décidé de démolir à peu près entièrement la vieille église. Seul le mur dans lequel s' ouvre la porte aujourd'hui surmontée d' une statue de Saint André sera conservé ".  Il faudra plus d' un demi siècle pour reconstruire l' édifice tel que nous le connaissons aujourd'hui . Les pierres taillées et la "portalada" de l' église ruinée de Saint Martin de Tura " seront réutilisées pour la construction". Le maître d' œuvre des opérations nous renseigne encore Georges Vergès est Mestre Père Angel Thomas, et avec lui sont deux notables de Rivesaltes: Joseph Cabaner et Antoine Pi. L' an 1709 sera celui de l' achèvement des travaux de construction du clocher. A son sommet, une pierre gravée atteste.

 

Le clocher de brique rose.

 

La haute tour de brique rose surmontée de ses 4 tourelles qui, depuis plus de 3 siècles jette un regard bienveillant sur la cité, a subi à cause des ans et d' éléments extérieurs la décrépitude du temps. Mettre en sécurité l' édifice et restaurer des parties rendues fragiles par les ans s' avéraient nécessaire. Lors de la visite des lieux, Bruno Morin architecte du patrimoine nous explique : " Si l' état du clocher est grosso-modo correct , il a été peu entretenu. On arrive à un état de dégradation notamment au niveau des voûtes ". A l' extérieur, "rien de méchant sinon des pièces de cairou fragiles qui peuvent se détacher et tomber". Dans la restauration qui est entreprise explique notre interlocuteur " c' est beaucoup d' intérieur". Et d' énumérer pour les travaux en cours:  la réfection d' encadrements de baies, parapets, bandeaux d' étage, chaînes d' angle; la réouverture d' anciennes fenêtres qui ont été murées, la restauration de voûtes dégradées (un travail complexe), la mise en place d' un escalier métallique, la création d'un nouvel accès au clocher avec porte percée au dessus de la tribune actuelle..... Et beaucoup d' autres interventions encore.

 

Huit entreprises sont actuellement sur le chantier. Les travaux qui devraient durer 8 mois devraient être terminés selon le calendrier courant mai 2015. Coût HT des travaux pris entièrement en charge par la mairie : 382 000 euros. C'est à suivre !.

(*)  Première église, celle de la donation de Landric en 923 -

 

 

 

 

11:23 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

01.09.2014

Centenaire de la bataille de la Marne. Une conférence.

" Le 02 août 1914, l' ordre de mobilisation générale est affiché.  Le 23 août, ce sont les premières opérations, puis le 01 septembre, " la bataille aux frontières". Les 06 et 07 septembre les taxis réquisitionnés par le général Gallieni prennent la direction de Meaux et transportent plus de 4000 hommes destinés à prendre part à la bataille de la Marne. A la guerre des manœuvres succède celle des tranchées. C 'est sur le champ de bataille de la Marne que s' est brisée la force allemande. Avec le concours de Gallieni,  Joffre porte le premier coup à la progression de l' armée Von Kluk. Le point de départ de la bataille décisive qui sauve Paris ".

Le général A. Cortale, président du comité du musée maréchal Joffre fera une conférence " sur l' ensemble des opérations qui se sont déroulées du mois d' août à décembre 1914". En particulier " la bataille de la Marne". Cette conférence aura lieu le 10 septembre à 15 h aux Dômes de Rivesaltes. Durée approximative de la conférence 1 h. Parking et entrée libre.


 

Photo reproduction Robert Jobe. La bataille.020.JPG004.JPG011.JPG

 

12:06 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

07.05.2014

Commémoration: L'exil républicain au camp de Rivesaltes.

022.JPG032.JPG012.JPG
020.JPG

 

Après une visite au musée mémorial de l' exil de la Jonquéra, près de 300 personnes venus principalement de Catalogne étaient présentes le samedi 26 avrilau camp de Rivesaltes pour "la journée commémorative du 75é anniversaire de l'exil républicain (1939-2014)."

 

 

 

Organisé par le Mémorial démocratique de la Généralitat de Catalunya et le musée mémorial de l' exil (MUME), avec la collaboration du mémorial du camp de Rivesaltes, la journée commémorative du 75é anniversaire de l' exil républicain a été un hommage rendu aux centaines de milliers de personnes qui, fuyant la guerre civile et les exécutions sommaires après l'entrée des forces franquiste dans Barcelone en 1939, ont dû "choisir l'exil. Un retour dans ce qui est " un des plus grands exodes des temps modernes" nous rappelle que, pourchassés par une armée fasciste, 500 000 réfugiés sont entrés en France  en février-mars 1939 .  A partir de cette date s' ouvrent à travers la France les "camps de concentration", dont les principaux dans le département des PO ont été  Le Barcarès, Argelès, Saint Cyprien, Vernet les Bains, et la prison du fort de Collioure (*).

 

O Le camp de Rivesaltes.

 

Dés 1940 (*), des milliers de réfugiés espagnols hommes, femmes et enfants ont été "regroupés" au côté des juifs et des Tziganes au camp de Rivesaltes. Aujourd'hui, au milieu de ce vaste espace silencieux constellé de baraques squelettiques et délabrées, le thym, le romarin, la rose trémière et le lavandin fleurissent à chaque printemps des fosses  oubliées où "dorment" encore pour l'éternité et au milieu des barbelés de nombreux exilés.

 

Ce 26 avril était un hommage à ceux qui ont connu l' exode, à ceux qui ont pu échapper à la mort, et à ceux qui y "sont restés". 

 

L' histoire "des camps", elle fut rappelée à une assemblée composée de fils et filles de " la Retirada", d' étudiants, de représentants de municipalités de Catalogne, de politiques, et d'historiens,  par Agnès Sojaloli, directrice du mémorial du camp de Rivesaltes, mais aussi par Robin Mamrak volontaire allemand pendant 1 an au mémorial du camp de Rivesaltes, et qui organise sur le site des visites guidées. Autre témoignage, celui d' Antoine De La Fuente, natif de Puigcerdá qui n'avait que 9 ans en 1939 lorsqu'il a franchi la frontière avec le train par Enveig/La tour de Carol avec sa mère et des membres de sa famille. Après de nombreux internements dans divers lieux en France, il a connu l' enfermement à Rivesaltes au printemps 1941, et 3 îlots différents (Ilot Q, îlot K, et îlot J ).

 

Avant la visite des lieux et sous la bannière "des républicains", à une encablure du futur mémorial, l'assemblée a écouté religieusement les intervenants. Avec les témoignages, elle pénétrait alors de pleins pieds dans l' histoire du chemin de l'exil, et découvrait sur ce site avec ce qui en reste l'image de l' enfermement, et de l' univers concentrationnaire.

 

 


(*) Les camps. Tiré du livre de René Grando,Jacques Quéralt, Xavier Ferrés : Camps du Mépris.

(*) Camp de Rivesaltes : Tiré du livre deMarie Claude Rafaneau-Boj  Odyssée pour la liberté : " Depuis le 15 mars 1940, le camp abrite 5000 enfants de 4 à 15 ans séparés de leurs parents. Ce camp apparaît comme "le plus tragique en raison de la composition de sa population".

 

10:46 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

13.01.2014

Commémoration de la naissance du Maréchal Joffre

038.JPG025.JPG034.JPG028.JPG

 

 

 

Le 12 janvier 1852 naissait à Rivesaltes Joseph J.C. Joffre. Cette date a été l'occasion pour André Bascou maire, et son conseil municipal, de commémorer la naissance de celui qui allait être nommé après la victoire de la Marne: Maréchal de France.

 

A cette cérémonie à laquelle participaient 44 porte drapeaux du département, on notait parmi les personnalités civiles et militaires la présence de René Bidal préfet des Pyrénées Orientales, Mme Marco présidente départementale ONAC, Jean-Jacques Lopez conseiller général du canton de Rivesaltes, le général Cortale président du comité du musée Joffre. Une commémoration qui a appelé à un rassemblement pour des dépôts de gerbes devant la statue équestre du Maréchal Joffre, un regroupement devant la maison natale de Joffre devenue musée et qui porte aujourd'hui la label de "Maison des illustres", puis la rencontre dans la salle Jo Cazach où ont eu lieu les diverses interventions et le vin d'honneur.

 

L'année 2014 marquera le centenaire de la première guerre mondiale. Pour la postérité, le Maréchal Joffre demeurera "le vainqueur de la Marne et le sauveur de la France"..

 

 

 

12:28 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)